Cyclistes urbains : quelle cohabitation avec les autres usagers de la route ?

L’usage du vélo en ville a connu un essor considérable ces dernières années, tout comme d’autres formes de mobilité active (trottinette, skateboard, etc) ou à assistance électrique (trottinette et vélo électrique, gyroroue, skateboard électrique, etc). 

De plus en plus de personnes se tournent vers ces moyens de transport alternatifs, ce qui engendre un bouleversement dans la mobilité urbaine. En effet, ce changement ne se passe pas toujours dans les meilleurs des termes et provoque souvent de la discorde entre les cyclistes urbains et les différents usagers de la route.

Les cyclistes urbains : pas toujours des modèles en ce qui concerne le Code de la route

Selon une étude réalisée par NextBase, 69 % des cyclistes reconnaissent enfreindre le Code de la route régulièrement. D’après le Maître Rémy Josseaume, cela s’explique par le fait qu’on les a laissés développer de mauvaises habitudes trop longtemps sans y remédier, entraînant ainsi « la normalisation » de ce comportement. Cela rend la cohabitation difficile entre cyclistes et autres usagers de la route. 

Les autres utilisateurs de la route, dont les piétons, les conducteurs de voitures et les motards, craignent ce comportement dangereux. Il faut dire que les accidents incluant les cyclistes ont connu une forte hausse dernièrement. Effectivement, rien qu’en janvier 2020, les accidents impliquant des cyclistes ont augmenté de 31,7 %.


Manque d’aménagements adaptés pour les cyclistes urbains : la source principale des problèmes

Bien que les cyclistes urbains ne soient pas forcément des utilisateurs exemplaires de la route, la principale raison des problèmes relationnels entre eux et les autres usagers est le manque d’aménagements adaptés aux vélos. 

En effet, dans la majorité des villes il existe encore trop peu de pistes cyclables qui permettraient aux cyclistes de circuler en toute sécurité. Les cyclistes sont souvent obligés d’emprunter la route principale aux côtés des voitures, dans des conditions parfois très dangereuses.

Même dans les villes où des efforts d’aménagement ont été mis en place, de nombreuses pistes cyclables sont mal signalées, rejoignent la route principale par intermittence ou sont partagées avec des voies de bus. Certaines rues à double sens cyclable sont tellement étroites qu’il est très difficile pour les cyclistes et les automobilistes de se croiser en toute sécurité. Selon le chemin emprunté, circuler à vélo en ville peut être un véritable parcours du combattant.


Les mentalités qui doivent évoluer

En outre, les mentalités restent à changer. Certains conducteurs de voitures se considèrent comme les rois de la route et ne font pas attention aux vélos ni aux piétons. Ce type de pensée qui considère que d’autres usagers de la route sont supérieurs aux autres les rend hostiles envers les cyclistes urbains. De nombreux automobilistes roulent au-dessus des limitations de vitesse en ville et adoptent une conduite agressive. Mécontents de partager la route avec des usagers plus lents, ils peuvent couper la priorité aux cyclistes ou effectuer des dépassements dangereux.

Le fait d’être déconnectés du monde extérieur dans l’habitacle de leur véhicule leur fait trop souvent oublier qu’ils contrôlent plus d’une tonne de métal face à d’autres usagers beaucoup plus vulnérables.

Un autre problème est le manque de connaissance des aménagements spécifiques aux vélos. De nombreux automobilistes s’indignent de voir des cyclistes urbains griller des feux rouge, alors qu’il s’agit souvent d’un tourne-à-droite cycliste qui permet aux personnes à vélo d’aller tout droit ou de tourner à droite malgré le feu rouge, tout en cédant le passage aux autres usagers. Les sas cyclistes aux feux rouges sont un autre exemple d’aménagement souvent ignoré par les automobilistes.

Alors que les automobilistes considèrent les cyclistes urbains comme des usagers dangereux qui prennent des risques inutiles, ces derniers se sentent plutôt contraints de s’imposer pour pouvoir circuler.  Le cycliste urbain se déplace dans un environnement qui manque d’aménagements et où ceux qui sont présents ne sont pas respectés, alors qu’il s’agit d’une question de sécurité vitale. Il est donc facile de comprendre leur ras-le-bol.


Comment améliorer la cohabitation entre les cyclistes urbains et les autres usagers de la route ?

La Ruche à Vélos vous a listé quelques mesures de sécurité pour apaiser la cohabitation entre les cyclistes urbains et les autres usagers de la route.

Mesures de sécurité essentielles pour les conducteurs de véhicules motorisé

Découvrez ci-dessous les mesures de sécurité à appliquer  par les automobilistes pour une meilleure cohabitation avec les autres.

1. Toujours vérifier les rétroviseurs et les angles morts

Il est impératif que les automobilistes vérifient leurs rétroviseurs latéraux et leur angle mort avant de partir d’une position fixe. Cela peut faire la différence entre remarquer un cycliste et ne pas être conscient de sa présence, ce qui est une position dangereuse.

2. Laisser un espace approprié lorsque vous dépassez un cycliste

Il est recommandé aux automobilistes de laisser aux cyclistes un espace d’au moins 1,5 m lorsqu’ils les dépassent.

3. Connaître et respecter le Code de la route

Il est nécessaire pour les cyclistes de connaître et de respecter le Code de la route. Mais pour les automobilistes il est encore plus important. Après tout, une collision entre un vélo et une voiture est rarement fatale pour l’automobiliste. Alors que l’inverse est loin d’être vrai.

4. Anticiper et respecter les autres usage

Les automobilistes étant beaucoup plus dangereux pour les cyclistes et les autres usagers, la responsabilité leur incombe donc de redoubler de vigilance et de garder leurs émotions sous contrôle. Quand bien même ils jugent que les autres usagers circulent de façon risquée. 

Tous les usagers de la route doivent être pleinement conscients de ce que l’on attend d’eux. Afin d’effectuer leurs trajets de la manière la plus sûre possible. Mais ceux qui représentent le plus de danger pour les autres usagers ont une plus grande responsabilité

5. Signalez clairement vos intentions

70 % des collisions impliquant des cyclistes sont dues à une erreur ou à une faute du conducteur. Et le fait de ne pas signaler ses intentions est l’une des principales erreurs que les conducteurs peuvent commettre. Si vous pouvez informer les autres usagers de la route de vos intentions le plus tôt possible, le niveau de risque d’accident est réduit.

Veillez donc à utiliser correctement vos clignotants, vos feux de détresse et essayez de freiner physiquement en utilisant la pédale pour ralentir. Car cela alerte les usagers de la route derrière vous.

Mesures de sécurité essentielles pour rouler à vélo en toute sécurité en tant que cycliste urbain

Découvrez ci-dessous les mesures de sécurité à appliquer, recommandées par La Ruche à Vélos à destination des cyclistes urbains. Pour un partage de la route plus paisible avec les autres usagers.

1. Soyez attentif à TOUT ce qui se passe sur la route

Faire du vélo sur la route avec d’autres véhicules demande plus de concentration que de conduire seul. Dans une voiture, vous devez être conscient de tout ce qui se trouve sur la route. Mais à vélo, vous devez être conscient de tout cela ET vous assurer que l’on vous remarque aussi.

À tout moment, vous devez avoir un haut niveau de conscience de ce qui suit :

  • L’intention du conducteur de tourner (rappelez-vous qu’il ne l’indique pas toujours).
  • Votre position par rapport à l’angle mort du conducteur.
  • Tout objet/danger qui pourrait rapidement devenir une obstruction. Comme les portes de voiture, les poubelles à roulettes, les enfants qui jouent, etc.

2. Maintenez une bonne visibilité à tout moment

S’assurer d’être vu est l’une des mesures les plus importantes que vous pouvez prendre pour vous protéger en tant que cycliste. La plupart des collisions se produisent parce que les cyclistes ne sont pas vus (ou ne sont vus que trop tard). Assurez-vous de rouler de manière visible sur la route à tout moment. Et essayez d’établir un contact visuel avec les automobilistes pour savoir s’ils vous ont vu.

Les équipements suivants sont essentiels pour que les cyclistes soient vus :

  • Des vêtements de couleurs vives qui attireront l’œil des conducteurs.
  • Des vêtements à haute visibilité et réfléchissants pour les déplacements à vélo dans des conditions de faible luminosité.
  • Un feu blanc à l’avant et un feu rouge clignotant à l’arrière.

3. Connaître le Code de la route

Il incombe à tous les cyclistes et conducteurs de connaître le Code de la route. Connaître le Code de la route n’est pas seulement bénéfique pour votre sécurité. Si vous avez un accident, le fait d’être dans le droit chemin peut réduire considérablement vos chances d’être poursuivi en justice.

Cela vous évitera également d’avoir des ennuis avec la police pour toute infraction au Code de la route que vous pourriez commettre sans le savoir.

4. Signalez vos intentions de manière appropriée

Tout comme les conducteurs doivent signaler leurs intentions et ne pas supposer que les gens savent ce qu’ils font, les cyclistes doivent également le faire. Renseignez-vous sur les bons gestes à adopter.

Les conducteurs et les cyclistes urbains doivent être attentifs à la présence de l’autre. Mais les deux parties doivent également être conscientes des piétons. Les automobilistes peuvent, en cas d’absence de visibilité ou de danger immédiat, avertir les piétons de leur présence à l’aide du klaxon de leur véhicule. Cependant, les cyclistes ne disposent toujours pas d’un tel dispositif et doivent investir dans un système d’avertissement.

La plupart des gens optent pour une simple sonnette. Mais il existe toutes sortes de dispositifs que vous pouvez acheter pour alerter les autres de votre présence, lorsque vous roulez à vélo. Il peut s’agir d’avertisseurs physiques ou de divers dispositifs numériques qui génèrent un bruit d’avertissement.

Si tout le reste échoue, vous pouvez crier pour avertir les piétons, mais cette option sera probablement la moins efficace.

5. Entretenez régulièrement votre vélo

L’entretien d’un vélo est tout aussi important que de s’assurer qu’un véhicule est en bon état de marche. Vous devez régulièrement vérifier les pneus et les freins pour vous assurer qu’ils sont en parfait état de marche et qu’ils ne sont pas sur le point d’être endommagés par l’usure.

Une déchirure ou une perforation de pneu à grande vitesse peut être désastreuse. Tout comme des freins usés ou mal réglés. Par conséquent, ne commencez jamais un voyage si vous savez que votre vélo n’est pas dans un état totalement sûr.

Il est également conseillé de faire réviser son vélo une fois par an par un professionnel.


En conclusion

La cohabitation paisible entre les différents usagers de la route est la responsabilité de tous. Les cyclistes urbains souffrent bien souvent d’un manque d’aménagements corrects en milieu urbain. Ce qui les oblige parfois à prendre des risques en roulant. Mais ce n’est pas pour autant que les cyclistes urbains peuvent négliger le code de la route. Ils doivent faire preuve de prudence et de respect, pour leur propre protection et celle des autres usagers.

Les automobilistes, et plus largement les conducteurs de véhicules motorisés, ont cependant une plus grande part de responsabilité. C’est aux usagers les plus dangereux de protéger les plus vulnérables. En redoublant de vigilance, en respectant scrupuleusement les priorités, les règles de dépassement et les limitations de vitesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *